COPROSCOPIE PARASITAIRE
 
 
 
 
Diagnose > Chien > Arbre diagnostique éléments macroscopiques > T. canis adulte > Toxocara canis
Toxocara canis
(29)

Taxonomie simplifiée
Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre des Ascaridida, Famille des Ascaridés, Sous-famille des Toxocarinés (51).

Mode de contamination
Contamination ante-natale in utero par des L2 en migration chez la mère (ne concerne que le chiot). Ce mode de contamination fait qu'il est possible de retrouver des Toxascaris adultes chez le chiot dès l'âge de 8 jours.
Ingestion de L2 via le colostrum ou le lait (ne concerne que le chiot).
Ingestion d'œufs larvés L2. Ceci concerne indifféremment les chiots et les adultes.
Ingestion d'un hôte paraténique accumulant les L2. (rongeurs, lombrics).

Eléments d'épidémiologie
Parasitose du chien, cosmopolite, très fréquente. 29 (24) à 36,5% (85) des chiens parasités par un helminthe digestif seraient infestés par ce parasite.
Concerne particulièrement les animaux jeunes ou mal entretenus.
Cette parasitose concerne aussi bien les chiens d'extérieurs que les chiens "urbains" (64).
Toxocara prédomine largement sur Toxascaris (24) .

Biologie
Les adultes vivent dans l'intestin grêle, ils sont strictement chymivores. Ils ont une prédilection pour le tiers antérieur de l'intestin grêle ce qui explique la fréquence du rejet d'adultes dans les vomitats (64).
Les femelles sont très prolifiques (100000 œufs/femelle/jour) (17) , la dispersion des œufs est donc importante (73) et les faux négatifs sont rares à la coproscopie (on peut même retrouver des oeufs sans enrichissement, par examen direct).
L'œuf acquiert son caractère infestant en 10 à 15 jours dans des conditions optimales de température, d'humidité et d'oxygénation (73).
C'est l'oeuf larvé d'une L2 qui est l'élément infestant. L'incubation de l'œuf n'est possible que :
- Entre 15 et 30°C.
- Avec une hygrométrie suffisante mais non saturée.
- Dans des conditions d'oxygénation satisfaisantes.
Les L2 seront ainsi formées en 3 à 4 semaines (64) dans des conditions normales.
L'œuf est capable de conserver son caractère infestant deux ans dans des conditions favorables (64). Il est résistant aux désinfectants classiques, mais est détruit par la dessiccation ou la vapeur sous pression (17).

Cycle du parasite
Cycle entéro-pneumo-trachéo-digestif : ppp = 2,5 à 3 mois.
Cycle somatique : ppp sans objet.

Pronostic
La plupart du temps il est bon car l'animal est capable d'expulser la totalité des adultes. De plus, le pouvoir pathogène de ce ver est moindre chez l'adulte.
Il peut être plus péjoratif chez les jeunes massivement parasités et en mauvais état général.
Il devient sévère lors d'effraction de la paroi digestive.

Prophylaxie
Destruction des ascaris adultes :
- Chiots : traitement toutes les deux semaines jusqu'à 3 mois puis une fois par mois jusqu'à six mois.
- Adulte : Traitement tous les six mois.

Destruction des larves en migration chez les femelles reproductrices : il est conseiller d'utiliser un ascaricide benzimidazole pendant trois jours, avant la mise à la reproduction (destruction possible des larves enkystées) pour limiter l'infestation ultérieure in utero (17) puis pendant 1 mois débutant 15 jours avant le part. Notons que l'utilisation des benzimidazoles sur une période d'un mois n'est pas sans risque (17).

Lutte contre les hôtes paraténiques : limiter au maximum l'ingestion de rongeurs par les animaux sensibles.

Destruction des œufs : en présence de chiots, l'hygiène de l'environnement doit être draconienne. Les œufs seront détruits périodiquement par lavage des sols à la vapeur sous pression.

Eviter le contact des jeunes et de leur environnement avec des animaux de statut sanitaire douteux. Pour ces derniers on préconise l'isolement et une vermifugation avant introduction. En ce qui concerne les femelles, pour avoir une action sur les larves enkystées on utilisera de préférence un benzimidazole pendant trois jours.

Potentialité zoonosique
Chez l'enfant, l'ingestion d'œufs larvés ou de larves infestantes peut-être à l'origine de larva migrans digestives ou oculaires.
Les bacs à sable fréquentés par les enfants constituent un biotope particulièrement favorable pour l'incubation des œufs de Toxocara.
Du fait de ce risque zoonosique, la détection d'un seul œuf à la coproscopie implique la mise sous traitement ascaricide immédiatement.

Haut de page